Pour Kara Heckford, élève de 12e année et clarinettiste de Winnipeg, MB, l’une des choses les plus difficiles durant la pandémie a été de ne pas pouvoir jouer de la musique avec d’autres personnes. Avant la fermeture des écoles au printemps 2020, Kara était membre de l’orchestre de son école, d’un groupe de jazz, d’un ensemble à vent, d’une chorale et d’un ensemble de jazz vocal, ainsi que de l’orchestre de l’Université du Manitoba et du Winnipeg Youth Symphony Orchestra

« La musique occupe toute ma vie », nous a-t-elle dit dans une interview, ajoutant que c’était déchirant lorsque tout s’arrêta et que l’opportunité de jouer en personne avec d’autres musiciens n’était plus une option. Dans les semaines et les mois qui ont suivis, Kara a remarqué que des ensembles virtuels commençaient à apparaître un peu partout, beaucoup étant produits par des orchestres professionnels.

Au mois de juin, le groupe de jazz de son école a monté son propre spectacle virtuel ; ce fut l’une des sources d’inspiration pour son propre projet. Kara a ressenti le désir de passer à l’action et de contribuer quelque chose de positif au monde. Elle a également ressenti le désir de donner à d’autres adolescents l’occasion de jouer de la musique orchestrale. Elle a donc lancé un appel aux plus de 15,000 membres de son compte Instagram @karanets_memess, et elle a reçu des réponses d’adolescents et d’adultes intéressés de par le monde entier.

Avec deux volontaires, qui ont aidé au mixage audio et au montage vidéo, et 14 collaborateurs, Kara a présenté la première performance de l’Armée de Karanet, le premier mouvement de la Symphonie n°5 de Beethoven. Leur deuxième représentation virtuelle a reçu encore plus de contributions, avec 22 musiciens du Canada, des États-Unis, du Mexique, de l’Estonie, de l’Espagne, de la France, du Portugal, de la Pologne, de la République tchèque, de l’Inde, de l’Argentine et de l’Australie, qui ont interprété l’Adagio de la Symphonie n° 2 de Rachmaninov. Le projet a reçu un accueil tellement positif qu’il est prévu de le poursuivre, d’autres vidéos de l’Armée de Karanet étant attendues plus tard dans l’année.

Pour Kara, qui a commencé à jouer de la clarinette en septième année, ce projet a été l’occasion d’une croissance personnelle et musicale. Il lui a également donné un grand coup de pouce en matière de confiance en soi.  Elle nous confia qu’il est parfois difficile de croire certaines des choses qu’elle a accomplies, mais en dirigeant ce projet elle a appris qu’elle est capable d’inspirer les autres et de rassembler les gens autour d’une vision.

Lorsqu’on lui a demandé quels conseils elle donnerait à d’autres jeunes sur le leadership, elle a répondu qu’elle leur rappellerait que tout le monde a quelque chose à offrir et que chacun a la capacité d’inspirer. Ce projet lui a appris que le leadership consiste à utiliser ses propres expériences pour inspirer, encadrer et aider les autres, et que pour vraiment diriger, il est important d’être un ami et d’être gentil.

Ce projet lui a également révélé qu’elle ne peut pas vivre sans faire de la musique. Malgré les défis que représentent l’apprentissage et la pratique de la musique durant une pandémie, Kara reste optimiste et enthousiaste. Cette année, son cours de musique est axé sur les percussions et, après tous ces mois d’absence, elle est très heureuse d’être de retour dans son habitat naturel. « Vous pouvez toujours me trouver dans la salle d’orchestre », dit-elle.

Kara prévoit de poursuivre la série de performances virtuelles de l’Armée de Karanet aussi longtemps que possible. Elle prévoit d’étudier l’interprétation musicale à l’université, et espère un jour jouer de la clarinette dans un orchestre professionnel.