Ben Macdonald a grandi à Niagara-on-the-Lake, en Ontario, où son père fut la toute première influence musicale dans sa vie. « Mon père a toujours eu une grande passion et un grand talent pour la musique, et c’est grâce à lui si je me suis impliqué en musique », nous a dit Ben lors d’une récente interview. « Toute ma vie, il a toujours joué de la musique et chanté, et il m’a transmis cette même passion. » 

Cette passion pour la musique a conduit Ben, aujourd’hui âgé de 18 ans, à suivre des cours de musique (voix et instruments) tout au long du Secondaire, et à l’âge de 15 ans il commença finalement des cours de piano; depuis lors, il a étudié sous Peter Shea, Stu Harrison et Robi Botos. Il est convaincu que les jeunes devraient avoir accès aux programmes de musique à l’école et que la musique peut jouer un rôle extrêmement important dans leur vie. Il croit que la musique est d’une grande valeur pour les jeunes, qu’il s’agisse d’une future carrière, d’un passe-temps, d’une passion ou, comme dans son cas, une avenue de louange extrêmement importante.

Ben attribue à ses professeurs de musique, tant à l’école qu’au dehors, le mérite d’avoir favorisé son développement en tant que jeune musicien. « J’ai toujours eu les professeurs de musique les plus extraordinaires », dit-il. « Mes professeurs de musique au Secondaire, Eric Moccio et Jim Gay, sont des musiciens très talentueux et deux des meilleurs professeurs que j’ai jamais eus. Ils se sont toujours montrés intéressés à m’aider à exceller et à développer mes capacités musicales ».

Depuis qu’il a commencé à prendre des leçons de piano en 2017, Ben a été un artiste de scène actif dans la région de Niagara. La même année, il a participé pour la première fois au concours de jeunes Jazz 4 the Ages du Niagara Jazz Festival, et a gagné la deuxième place comme soliste dans la catégorie des 13-17 ans. En 2018, il est à nouveau finaliste dans la même catégorie d’âge, cette fois avec le groupe Disciples of Mountain.

En 2019, après seulement deux ans de formation en piano, Ben a été invité à participer à l’enregistrement officiel audio et vidéo de l’hymne du Lundi en Musique, le bien-aimé « Hymne à la liberté » d’Oscar Peterson. Pour Ben, qui cite Oscar Peterson comme l’une de ses influences musicales, c’était une occasion incroyable qu’il a décrite comme étant « exceptionnellement excitante ». 

« J’ai participé à l’enregistrement de l’hymne Lundi en Musique parce que Céline Peterson m’a demandé de jouer du piano pour l’occasion. Elle m’avait entendu jouer la chanson à l’un des concerts de mon père à Toronto et elle m’a par la suite demandé de jouer pour  l’enregistrement en studio ». Bien qu’il n’ait jamais travaillé avec la bassiste Irene Harrett ou le batteur Worrell McFarlane dans le passé, il dit qu’ils s’entendaient tous bien et qu’il semblait tout naturel de travailler ensemble. » Je n’avais jamais travaillé avec d’autres musiciens auparavant, mais j’avais l’impression du contraire. Si l’on considère la cohésion et l’harmonie de notre collaboration, il me semblait que j’avais déjà joué avec eux plusieurs fois. Ils sont parmi les meilleurs musiciens avec lesquels j’ai joué depuis. C’était un tel honneur de jouer avec eux tous et d’entendre l’étonnante musique que chacun produisait « .

En plus de travailler avec d’autres jeunes artistes talentueux, l’enregistrement de l’hymne du Lundi en Musique a donné à Ben l’occasion d’être encadré par le pianiste de jazz primé Robi Botos. Bien que les deux hommes n’aient passé qu’une journée ensemble dans le studio d’enregistrement, les leçons que Ben a apprises lui ont laissé une impression durable. « Les choses que j’ai apprises de Robi pendant l’enregistrement sont parmi les meilleures leçons que j’ai reçues pour le piano de toute ma vie. Même les plus petites choses qu’il m’a apprises ont incroyablement amélioré mon jeu « . 

Ben a ajouté que son admiration pour Robi était double : pour ses compétences musicales et celles d’enseignant. « Sa manière d’expliquer les choses et d’enseigner donne un sens à chaque chose… c’était tout un honneur d’avoir travaillé et avoir été enseigné par lui ».

En mars 2019, Ben et ses collègues du studio se sont réunis pour se produire au Symposium de Leadership Jeunesse du Réseau des Jeunes pour la Musique à Toronto, où ils ont présenté aux jeunes délégués une variété de standards de jazz, dont « Hymne à la Liberté « . Depuis lors, Ben a eu l’occasion de jouer à nouveau au Festival de Jazz de Niagara et s’est concentré sur son rôle au sein de son église.

« La musique est l’un des moyens que j’utilise le plus pour exprimer ma louange… La plupart du temps que je passe à jouer de la musique est soit à la maison pour mes temps de dévotion, soit lors de différents services et événements religieux », nous a-t-il dit. Ben joue régulièrement du piano à son église (pour les réunions du dimanche et pour le Groupe Jeunesse) et, au cours des derniers mois, il se concentre sur l’amélioration de ses compétences de pianiste et de chanteur dans le cadre de temps de louange.

La prochaine étape pour Ben, qui fréquente l’université Brock, est un album de musique de louanges, en collaboration avec des amis de son église. Il décrit ce projet comme « un album de louanges intimiste » qui consistera principalement de piano, cordes et chant. Il a été très occupé à composer de la musique qu’il prévoit d’utiliser pour cet album et pour futurs services religieux. 

Les moments forts des prestations de Ben au Frestival de Jazz de Niagara sont disponibles sur Instagram.